img_logo_impression Mandel

Historique du fonds Mandel

Les documents réunis dans ce fonds portent sur la création de caractères et les activités de la fonderie Deberny & Peignot et les sociétés Lumitype et International Photon Corporation entre 1954 et 1975.

Ladislas Mandel a d’abord reçu une formation à l’école des beaux-arts de Rouen puis dans les ateliers parisiens. Il devient, après la guerre, peintre, sculpteur, et travaille quelques temps dans la restauration des monuments historiques.

En 1954, à l’arrivée en France des premières photocomposeuses (Lumitype), il entre à la fonderie typographique Deberny & Peignot à Paris. Il collabore comme chef de studio de dessin avec Adrian Frutigier qui lui communique les premières notions et la passion de la typographie.


Il œuvre pour la constitution du catalogue Lumitype, et crée de nombreux alphabets latins et exotiques au studio de dessin de l’International Photon Corporation qu’il dirige jusqu’en 1977.

Depuis, graphiste indépendant, il dessine plusieurs polices de caractères à haute lisibilité pour annuaires téléphoniques parmi lesquels figurent le Galfra, le Nordica, le Clottes, le Lusitania, la Linéale pour différents pays d’Europe, et le Colorado, création récente à l’usage de 14 états des Etats-Unis.

Militant pour la réhabilitation de la typographie française, Ladislas Mandel réalise à l’Imprimerie Nationale, le caractère Messidor.
Il enseigne à l’Université de Paris VIII et collabore de 1985 à 1988 à la formation de stagiaires à l’Atelier national de création typographique (ACNT).

De nombreux séminaires, conférences, expositions et articles publiés sur l’écriture et la typographie sont à son actif (Écritures, miroir des hommes et des sociétés, 1998; Du pouvoir de l'écriture, 2004).